Terrasses sans frontières, 3 femmes, 2ème Prix IDDEA, Genève

Terrasses sans frontières, 3 femmes, 2ème Prix IDDEA, Genève

Les terrasses sans frontières, créées pour réaliser des terrasses végétalisées, participent à la Suisse des Talents le 4 avril prochain : « Pour nous, c’est une belle opportunité pour nous faire connaître en dehors de Genève, ce qui pourra éventuellement mener à créer de nouveaux partenariats, de rencontrer de futurs clients ou générer de nouvelles idées !". Pour vous aussi participer à ce bouillon d’esprit entrepreneurial, consultez le programme et inscrivez-vous ici.

Ces éco-toitures basées sur le principe de la permaculture sont isolantes, anti-polluantes et durables. Voici le témoignage des 3 créatrices : Léonore Baehler, Diane Henny et Nathalie Neukomm

Les contacter :  terrassessansfrontieres@gmail.com

« Nous sommes trois jeunes femmes souhaitant contribuer pour réaliser une société plus juste, basée sur le respect de la Nature et la coopération entre les êtres humains. En réalisant notre étude de marché pour les futurs utilisateurs de toitures publiques, nous avons terminé notre questionnaire en ligne en proposant aux personnes motivées de participer en tant que bénévoles. Nous avons eu l’agréable surprise de recevoir une trentaine de contacts.

En recevant le prix IDDEA, nous avons ressenti un soulagement de voir que toute l’énergie et tout le travail investis soient reconnus, puis la joie de nous apercevoir que nous ne sommes pas les seuls à croire en notre projet, celui-ci est fédérateur et suscite l’enthousiasme de beaucoup de personnes.

Nous avons osé nous lancer dans l'entrepreneuriat car nous désirons créer un travail qui nous corresponde, qui a du sens et où nous avons du plaisir ! Nous avons pris conscience que nous avions beaucoup de points communs et le même désir de faire bouger les choses pour un “monde meilleur”. Auparavant, nous étions déjà actives dans des associations et/ou avions déjà des activités en lien avec le développement durable.

Les premiers obstacles à surmonter, ce sont la gestion du temps et la répartition du travail entre nous trois, ainsi que la communication. Séparer sa vie privée et professionnelle, en faisant en plus partie d’un projet aussi important, est un réel défi avec les moyens de communication actuels où nous sommes connectés en permanence. Nous avons donc commencé à instaurer des réunions régulières entre nous trois. Cela paraît évident, mais il était difficile de le faire auparavant pour diverses raisons. Etre face-à-face se révèle extrêmement efficace pour avancer sur les projets et régler les choses, plutôt que de s'envoyer de multiples messages à toute heure.

Notre conseil aux personnes qui ont envie de se lancer dans un projet entrepreneurial : Lancez-vous, la vie est trop courte pour avoir des regrets ! Et surtout, n’oubliez pas de prendre en compte les trois piliers du développement durable, que cela soit viable non seulement économiquement, mais que l’aspect social et environnemental soient pris en compte, de manière respectueuse et éthique, pour que cela soit un succès sur toute la ligne ! »

Nos besoins : une législation favorable à la végétalisation des toitures, voire même obligatoire comme cela est le cas à Bâle-Ville. Sinon, nous cherchons toujours des toits plats à verdir ! Puis également, des bénévoles et des dons.

Posté par Fiorella Bondoux
Event Manager - Rezonance
Aller à la barre d’outils